Raport client: Un Sherpa d’AS-Motor ne renonce pas

« Pur jus de pomme provenant de variétés de pommes historiques ». C'est la passion de Luise Naderer des Luisengärten. Pour l’agricultrice biologique de Riedenburg dans la vallée de l'Altmühl en Bavière, la priorité absolue est la qualité. Ce n'est pas la seule raison pour laquelle l'AS 940 Sherpa 4WD est le partenaire idéal pour son travail dans son verger.

"Je suis entrée indirectement dans l'agriculture", dit la femme de 61 ans, originaire de région de l’Hallertau, et raconte comment elle est arrivée à son emploi actuel ou, plus exactement, à sa vocation. "J'ai appris le dessin technique et j'ai ensuite étudié l'ingénierie mécanique. J'ai travaillé dans le développement technique pendant près de 25 ans - dans des domaines très variés : l'automobile, l'ingénierie agricole, l'ingénierie aéronautique et la technologie médicale. À la fin des années 1990, j'en suis arrivée à un point où je pouvais de moins en moins m’imaginer que je ferais encore ce métier pendant 20 ans. Toujours assis devant mon bureau, à tout gérer, sans remarquer s'il pleuvait dehors ou si le soleil brillait. Et le pire, c'est que vous ne voyez pas ce que vous développez avant la moitié de l'année suivante, alors qu’un autre projet est déjà en marche. Je suis une personne qui veut toucher du concret. A un moment donné, j'ai pris ma décision et j'ai arrêté".

"Si les arbres me donnent quelque chose, je fais du jus de pomme."

Au début de la quarantaine, l’ingénieur en mécanique a tout recommencé à zéro. « Je voulais être dans la nature. J’ai obtenu une licence commerciale, j’ai participé à de nombreux séminaires à Weihenstephan sur l’entretien des jardins et j’ai ensuite créé ma propre entreprise dans le domaine du service à domicile et du jardin », dit-elle. Heureusement, j’ai trouvé cette propriété en périphérie de Riedenburg en 2007, avec un verger et des prairies. En 2008, alors qu’il y avait tellement de fruits que je ne savais plus où les mettre, l’idée de presser et de commercialiser du pur jus de pomme issu de variétés historiques a progressivement émergé. Depuis longtemps, j’avais remarqué des vergers abandonnés. Par exemple, les biens communales ou les zones de compensation, qui ont été créées au cours de la construction du canal Main-Danube. Il y avait des arbres le long du canal et personne ne s’y intéressait. J’ai donc commencé à faire des demandes de bail, à louer le terrain et à préparer les arbres. Et quand la récolte des pommes est bonne, j’en fais du jus.

Sur l’AS 940 Sherpa 4WD c’est comme dans un avion au décollage

L'arboricultrice cultive aujourd’hui onze hectares de terres avec environ 500 pommiers et 150 poiriers dans un rayon de vingt kilomètres autour de Riedenburg. Un AS 940 Sherpa 4WD est utilisé depuis 2015. « Deux fois par an, les surfaces et les sous-bois sont fauchés, une fois en juin et une autre fois à la fin de l'automne. Le Sherpa est toujours utilisé quand je ne peux pas y aller avec le tracteur ». Soit directement sous les arbres, sur les terrasses, les talus et les pentes, elles sont si raides que je suis assise dans mon Sherpa comme un avion au décollage. C'est ce qui fait la beauté de la chose, la tondeuse AS passe au travers, ne ralentit même pas, le régime reste le même et le résultat de la tonte correspond à mon attente. Le sherpa ne renonce pas, s'enthousiasme Luise Naderer.

Parfois, elle laisse même quelques jachères pour les insectes lors de la première fauche. Après tout, chacun a sa place, explique l'agricultrice biologique convaincue et précise qu'elle veut travailler en harmonie avec la nature : "Mes zones sont toutes certifiées biologiques et mon objectif est d'avoir un cycle écologique fermé. C'est pourquoi j'utilise l’herbe qui pousse dans les prés comme fourrage pour mes moutons camerounais, ainsi que le marc produit lors du pressage de tous les fruits tombés. Le sous-bois du verger, qui est fauché pour la première fois en novembre, est alors déjà assez boisé, mais ce n'est pas un problème pour le Sherpa".

Le moteur est incassable

Les choses deviennent particulièrement passionnantes lorsque Luise Naderer découvre et loue à nouveau un verger. Certains vergers sont tellement négligés que l’on ne voit que la cime des arbres, tout le reste est envahi par la végétation », dit-elle, on dirait la jungle. J’avais espéré que le responsable du chantier m’aiderait à débarrasser le verger des prunelles et des mûres, mais malheureusement le temps a manqué. Alors je me suis dit, maintenant mon Sherpa doit le faire. J’ai donc foncé dans les sous-bois de deux mètres de haut et le Sherpa a tout nettoyé, c’était phénoménal ! C’est l’une des raisons pour lesquelles je suis si enthousiaste à propos de cette tondeuse. Je l’utilise aussi pour des pentes importantes sur les côtés. Ce n’est pas un problème pour les lames ou la puissance du moteur. Lorsque j’ai acheté la tondeuse, elle avait déjà fonctionné pendant 400 heures et j’ai maintenant fait autant d’heures de conduite. Le moteur est tout simplement indestructible ».

Les petits animaux ne sont pas en danger

Outre les zones des municipalités, Luise Naderer gère également les prés-vergers des associations et de la Société allemande pour la conservation de la nature, NABU en abrégé. "La NABU attache une grande importance à ce que les prairies soient exploitées le moins possible afin d'accroître la variété des fleurs et des espèces. C'est l'une des raisons pour lesquelles je coupe l'herbe et la donne à mes moutons. À cet égard, je profite du fait que j'ai retiré la lame supérieure depuis cet été. Le résultat de la fauche est encore suffisamment bon pour mes besoins et j'ai des coupes plus longues. Il est plus facile de le ratisser et de le ramasser.

Ce que l'association de protection de la nature apprécie également dans le travail de Luise Naderer, c'est que les petits animaux ne sont pratiquement pas en danger lorsqu'elle tond avec la tondeuse autoportée AS. "Autrefois, on fauchait les prés avec la barre de coupe, et ainsi tout était plat. Cela n'arrive pas avec mon Sherpa. Je conduis lentement. Les vibrations du moteur au démarrage annoncent le passage de la machine aux animaux, ainsi ils ont assez de temps pour s’enfuir, et les animaux qui ne s'enfuient pas ne sont pas blessés non plus, exemple, les vers lents, les grenouilles et les serpents de prairie restent indemnes. Je ne fauche jamais sur la hauteur de coupe la plus basse, mais je laisse une bonne dizaine de centimètres de haut".

Une vision verte différenciée

Le fait que Luise Naderer en sache autant sur les différentes variétés de pommes historiques est également dû au fait qu'il y a quelques années, elle a suivi une formation d'herboriste. "J'ai appris à voir le vert de manière différenciée. Dans le passé, tout était vert, les prairies, la forêt, tout. Aujourd'hui, je reconnais les différentes plantes et je sais quel usage secondaire elles ont dans la médecine populaire ou pour la nutrition. Cette formation m'a également ouvert la voie pour déterminer comment je l'aborde et où je peux obtenir les informations nécessaires", explique-t-elle et poursuit : "Cette approche systématique m'aide également à bien gérer mes arbres fruitiers, car normalement il n'y a pas de plans de plantation avec des références aux variétés dans les vergers. C'est donc devenu un passe-temps pour moi de découvrir les variétés intéressantes que l'on peut trouver dans mes vergers".

"Mon Sherpa - la meilleure chose qui pouvait m'arriver"

Si vous demandez à Luise Naderer si c'était la bonne décision de changer de vie et de tout recommencer il y a une bonne vingtaine d'années, la réponse est claire : "Oui, parce qu'aujourd'hui je suis en meilleure santé et plus libre. L'attrait particulier de mon travail est qu'il faut accepter la nature telle qu'elle est. Vous ne pouvez pas planifier avec elle, vous devez vous adapter à ses conditions. Ainsi, les bonnes années, j'ai 20 000 litres de jus et les mauvaises années, seulement 5 000 litres", dit-elle et explique comment elle souhaite développer son entreprise : "J'ai également commencé à produire du Brandy. J'aimerais étendre ce concept pour pouvoir vendre un produit dans lorsque les récoltes sont mauvaises. Après tout, contrairement à mon jus, le brandy a une durée de conservation illimitée. En outre, j'aimerais proposer des séminaires sensoriels en hiver pour faire découvrir les différentes saveurs des anciennes variétés de pommes".

En conclusion : « mon Sherpa s’adapte à tout, qu'il s'agisse de nettoyer des sous-bois d'un mètre de haut ou de faucher. Pour mes besoins, il n'y a pas de meilleur véhicule sur le marché, la tondeuse est la meilleure chose qui pouvait m'arriver ».

Raport client: Un Sherpa d’AS-Motor ne renonce pas – PDF